Mesure réflective et mesure formative

Parent Previous Next

Une variable latente (dimension théorique) n'est pas (par définition) observable directement. Elle est appréhendée ou estimée à travers un ensemble d'observations (variables observées variables manifestes) qui vont la représenter.  Pour définir une variable latente, on utilise ce qu'on appelle un modèle de mesure*. On distingue actuellement deux types de mesures : les mesures réflexives et les mesures formatives.

Mesure réflective. Dans la démarche classique de construction des tests, on suppose qu'il existe une dimension sous-jacente (variable latente) théorique (non observable) et que le résultat au test est causé par cette dimension (la variable latente). Par exemple, si vous avez une bonne aptitude spatiale, vous avez une probabilité plus élevée d'obtenir un score élevé à un test d'aptitude spatiale. La dimension théorique prédit la variable mesurée. Dans ce cas on parle de modèle de mesure réflective. Dans un modèle de mesure réflective, on s'attend à ce que les corrélations entre les indicateurs soient nulles, lorsque la variable latente (dimension théorique à l'origine des différences interindividuelles observées sur les indicateur) est exclue. La corrélation entre les tests s'expliquent par le fait qu'ils sont sous tendus par la (les) même(s) variable(s) latente(s). Les indicateurs sont le reflet de la variable latente.

La mesure formative. Dans ce type de mesure la causalité est inversée. En effet, on parle de modèle de mesure formative lorsque les variables mesurées sont la cause de la variable latente. Une variable est dite formative lorsqu'elle est «formée» ou directement modifiée et influencée par les indicateurs. Ce sont donc les indicateurs qui "créent" la variable latente. Par exemples :

Dans ces exemples on note que pour ce modèle de mesure, il n'y a pas d'hypothèses sur les covariances entre les composants de la mesure. Elles pourraient être égales à zéro,  être positives ou négatives.  Les variables latentes formatives sont "le résultat"  des variables manifestes (via une fonction linéaire).

Pour résumer, si on représente par des rectangles les variables observées (variables manifestes), par des ovales les variables latentes et par des flèches les relations de causalité, la distinction entre variables manifestes et latentes est représentée de la façon suivante :

Conséquences. Cette distinction entre mesures réflectives et formatives n'est pas une simple réflexion sur la nature ontologique des construits (dans le cadre d'une mesure formative le construit, le sens de la mesure est donné par les indicateurs alors que dans une mesure réflexive le construit existe indépendamment des indicateurs). En fait, cette distinction à des conséquences sur les modèles statistiques utilisés et sur la signification de la mesure en psychologie. De très nombreux débats ont encore cours sur la nature des construits et les méthodes. Dans la théorie classique des tests le modèle est réflexif et dans le cadre d'un cours de licence en psychologie nous n'abordons pas ces débats, même si cette réflexion sur le sens de la mesure est essentielle. Que fait le psychologue quant il "mesure" ?


------------------------

(*) relation existant entre les variables définissant la mesure



Pour aller plus loin...

Les débats autour de ces deux modèles de mesures  font référence aux articles de Borsboom Mellenbergh et van Heerden (2003, 2004). Par ailleurs il existe de très nombreux numéros spéciaux de journaux scientifiques sur ce sujet (Measurement: Interdisciplinary Research & Perspective, Journal of Educational Measurement).