MRI-TRI

Parent Previous Next

La construction habituelle des tests repose sur un modèle : la théorie classique des tests. Le problème de ce modèle est la relativité des propriétés métriques qui en découlent puisque les normes sont dépendantes de l'échantillon. Par exemple, la difficulté d'un item (sa valeur p) est définie comme la proportion de personnes qui répondent correctement à l'item. Si les personnes testées sont "faibles", l'item sera considéré comme difficile. Par contre, s'ils sont forts, l'item sera considéré comme facile (d'où la nécessité de bien échantillonner même dans la phase de construction et de sélection des items). De plus, la théorie classique des tests repose sur des postulats très forts pas toujours vérifié.

Lord et Rasch (dans les années 1950 et 1960) ont voulu développer une méthode indépendante de l'échantillon et ont proposé un premier modèle de réponse à l'item (MRI) appelé aussi théorie de réponse à l'item (TRI), qui permet d'estimer le niveau d'une personne en référence à l'ensemble de la population sans se baser sur les qualités intrinsèques des personnes qui ont été évaluées. Cette méthode est probabiliste et suppose (postulats) que la réponse à un item (la probabilité de répondre correctement) est une fonction des caractéristiques de l'individu (traits latents) et des caractéristiques de l'item ( niveau de difficulté de l'item, capacité de discriminer, la probabilité de répondre juste par hasard). D'un point de vue technique, la relation est formalisée par une fonction  appelée courbe caractéristique de l'item (CCI).

Avantages et ...

... inconvénients

(Librement inspiré du cours (polycopié) de T. Lecerf, Genève 2014)