Théorie classique des tests

Parent Previous Next

La théorie classique des tests (TCT) est la "théorie du score vrai". L'hypothèse initiale de la TCT (premier postulat de la TCT proposé par Spearman, 1904) est qu'il est impossible d'obtenir une mesure complètement exempte d'erreurs. Cet aspect est illustré par l'équation (premier postulat de la TCT) :

X  =  T  +  ε

où X correspond au score observé à un test ;

T est le vrai score du sujet;

ε est l'erreur non-systématique qui s'ajoute au vrai score du sujet.

Remarque : ε suit une loi gaussienne de moyenne 0 et d'écart-type σ.

Cette équation simple signifie que le score observé à un test n'est pas nécessairement le score vrai mais le plus probable. Les scores qui s'éloignent du score observé sont moins probables et plus on s'éloigne de ce score observé, plus cette probabilité est faible. La variable X étant une variable aléatoire qui se distribue normalement, cela permet de calculer, un intervalle de confiance dans lequel, il y avait a priori une faible probabilité (par exemple 10% ou 5%) d'obtenir l'estimation obtenue si le score vrai ne s'y trouve pas . L'écart-type de la variable aléatoire X (donc de l'erreur de mesure ε) correspond à l'erreur standard de mesure.

Cette conception est à la base de la construction des tests. Il est important de noter :