Sources de l'erreur aléatoire de mesure

Parent Previous Next

Un test sera fidèle si l'on minimise l'erreur de mesure par rapport à la variance totale, c'est à dire si l'on s'assure que les différences interindividuelles ne sont pas attribuables ou sont très peu attribuables à une erreur aléatoire de mesure. Il est donc important de cerner les sources de cette erreur de mesure, erreur qui peut être considérée comme une variance non pertinente, puisqu'elle produit de l'inconstance dans les résultats. Les trois principales catégories d'erreurs sont :

La première catégorie d'erreur comprend des facteurs contrôlables et fait l'objet de l'attention des psychologues qui construisent les tests. La deuxième catégorie d'erreur et la quatrième catégorie d'erreur sont aussi contrôlables et concernent les procédures de passation du test. Elle justifie que ces procédures soient parfaitement standardisées et que le psychologue professionnel suive parfaitement les instructions, le minutage et les consignes (de passation comme de cotation).

La troisième catégorie d'erreur est bien plus difficile à contrôler et la liste des sources d'erreurs associées aux répondants est très longue. Les plus fréquentes sont, la motivation, l'anxiété, l'habitude de passer des tests et les variables d'ordre physiologique (fatigue, concentration). Toutes ces variables doivent donc être prises en compte lors de l'analyse non pas quantitative des résultats mais qualitative. Les résultats d'un test demandent donc une interprétation à intégrer dans une démarche clinique plus générale. C'est ce que prônait déjà Binet pour le premier test d'intelligence (Binet, Simon, 1908).


Binet, Simon (1908)