Précisions conceptuelles

Parent Previous Next

DIMENSION

Une dimension en psychologie est une différentiation d'individus qui résulte d'une opération de mesure (on parle alors de dimension opérationnelle) ou le facteur de variation interindividuelle sous-jacent à un ensemble de variations observées (on parle alors de dimension théorique).

Exemples de dimension opérationnelle : le QI mesuré au WISC-IV, le score à l'échelle de féminité du test CPI, le QD mesuré avec le Lézine-Casati, etc.

Exemples de dimension théorique : l'intelligence, l'anxiété, l'introversion-extraversion, etc.

DIMENSION - CONSTRUIT - VARIABLE LATENTE - VARIABLE MANIFESTE

L'objectif de la psychométrie est de mesurer des construits. Un construit est une entité non observable dont l'existence est inférée à partir d'observations. Le construit est donc une variable latente (source non observable directement de différences interindividuelles) et qui correspond à une dimension théorique hypothétique (exemples : intelligence, névrosisme).

La définition théorique du construit renvoie à une dimension théorique, la définition opérationnelle du construit est la dimension opérationnelle.

Un observable est par contre une variable manifeste et un indicateur indirecte; plus ou moins précis, d'une ou de l'action de plusieurs variables latentes.

La présentation ci-dessus est très simplifiée mais suffisante pour ce faire une première représentation de ces notions.

Voir aussi : mesure modèle de mesure formative et réflective.*

REGRESSION VERS LA MOYENNE

Ce phénomène a été décrit par l'anglais F. Galton. Il remarque que les enfants de parents de grande taille étaient souvent plus grands que la moyenne, mais toutefois plus petits que leurs parents. Inversement, les enfants de parents de petites tailles sont plus petits que la moyenne, mais plus grands que leurs géniteurs. Cela s'explique par le fait que la taille résulte de nombreux facteurs (génétiques et environnementaux) et la probabilité qu'ils agissent consécutivement (deux mesures) dans le même sens est faible. On observe donc en général quand les scores sont élevés pour une mesure, une probabilité plus importante qu'ils soient plus faibles lors de la seconde mesure (et inversement).

Un autre exemple : statistiquement, les élèves ayant les meilleurs scores à un contrôle ont en moyenne des scores un peu moins bons lors d'un second contrôle et inversement, les moins bons auront de meilleurs scores. Cet effet traduit que la note dépend de nombreuses facteurs dont certains sont aléatoires (parfois positifs, parfois négatifs).